applications rencontre choix

Applications de rencontre : est-ce que trop de choix tue l’amour?

C’est le week-end, vous avez prévu une petite soirée télé bien relaxe. Vous ouvrez Netflix et une panoplie de choix s’offre à vous. Excité.e, vous commencez à évaluer toutes les options disponibles et… il y en des tas! D’abord bien énervé.e par tant de possibilités, vous devenez rapidement exaspéré.e. Trop, c’est comme pas assez, comme on dit. Vous êtes donc figé.e devant votre écran, incapable de faire une sélection. C’est que vous faites l’expérience de la théorie de la surabondance des choix. Et c’est exactement ce qui se passe avec les applications de rencontre; trop de choix tue le choix. Petit plongeon dans l’univers de l’amour en ligne où options peut rimer avec aliénation. 

Mais d’abord, mettons-nous en contexte un peu. Ça ressemble à quoi le monde de la date actuellement? 

Écouter la chronique audio.

Dater en 2022 (et après une pandémie)

On en a discuté il y a peu de temps, le monde de la date a changé pendant la pandémie et continue d’évoluer. On a constaté, entre autres, qu’il y avait eu un important virage vers des relations amoureuses/intimes plus significatives et, aussi, que les entreprises d’applications de rencontre ont fait le choix de mettre de l’avant des valeurs plus traditionnelles comme la monogamie et, même, le mariage. La hookup culture (le sexe sans attaches) en a aussi pris pour son rhume; beaucoup de personnes se sont lassées des aventures sans lendemain et ont eu envie d’explorer des échanges plus approfondis. Sans oublier le fait que de nombreuses personnes ont ressenti la FODA (Fear of Dating Again), la peur de dater post-pandémie qui a créé des réserves chez bien des gens qui se sont mis à craindre les rencontres pour des raisons tout aussi variées que valables. 

Parmi les tendances actuelles qu’on peut observer dans le monde du dating, on peut noter plusieurs éléments intéressants. Par exemple, du côté de chez Mashable, on a constaté qu’on mise sur l’authenticité, l’honnêteté et qu’on accepte plus facilement d’être vulnérable et dans le moment présent. On voit aussi que les rencontres virtuelles sont là pour rester et que, du côté des rencontres en personnes, plusieurs s’essaient à ce qu’on surnomme « la sobriété curieuse ». C’est-à-dire vivre les rencontres en limitant sa consommation d’alcool. Même son de cloche pour l’alcool du côté de l’application Bumble, mais aussi plus d’ouverture à de nouvelles possibilités et l’intention de repartir à neuf font également partie du lot. 

Une surabondance des choix

Mais, malgré tous ces beaux changements, il demeure que la rencontre amoureuse est quelque peu complexe. En effet, avec toutes les applications de rencontre qui existent et la quantité de gens qui y sont inscrits, on se retrouve devant ce qu’on appelle « la théorie de la surabondance des choix » nommée ainsi par deux futurologues Alvin et Heidi Toffler, auteurices du livre Le choc du futur (1970). En anglais, on parle de choice overload, overchoice, choice paralysis ou paradox of choice. Selon The Decision Lab, une firme de recherche spécialisée qui s’intéresse au processus de prise de décision des consommateurices, c’est un problème qui existe depuis peu dans l’histoire de l’humanité. 

Si l’on reste dans le domaine qui nous intéresse, soit le dating, on sait que nos ancêtres avaient beaucoup moins de choix de partenaires potentiel.l.e.s. D’ailleurs, dans une vidéo réalisée par Business Insider, on explique qu’il y a seulement 80 ans d’ici, on se mariait à l’intérieur d’un cercle géographique concentrique assez restreint dans lequel on faisait son choix parmi les ami.e.s, voisin.e.s et collègues de classe. De nos jours, les possibilités sont quasi infinies. 

Si certaines personnes sont enthousiastes face à cette pléthore d’options, nombreuses sont celles qui se sentent complètement paralysées et désemparées devant ces choix déchirants. Pourquoi? Eh bien, c’est que plus on a de choix, plus il est difficile de choisir. Comme l’explique The Decision Lab, nous avons un nombre limité de ressources cognitives. Lorsqu’il y a trop de choix, notre processus décisionnel s’enclenche, mais il se bute à… d’autres choix. Le tout devient tellement épuisant, qu’on préfère souvent ne rien choisir. Donc, pour le dating, vous avez d’abord le choix de l’app que vous voulez utiliser. Ensuite, l’app elle-même vous propose des options (encore plus depuis la pandémie). Et après, vous tombez dans le gigantesque bassin de partenaires potentiel.l.e.s. Cela vous mène à ce qu’on appelle le “relationshopping”. 

Le marketplace de l’amour

Une étude américaine réalisée en 2010 et intitulée Relationshopping: Investigating the market metaphor in online dating explique bien le phénomène. On explique que les sites de rencontre sont conçus, tant dans le design que dans le fonctionnement, sur une métaphore du marché. Ceci inciterait les utilisateurices à considérer, soi-même et les autres, « comme de la marchandise à vendre, évaluer, acheter ou… jeter. » Ceci encourage ce que l’on nomme le relationshopping, soit le magasinage de relations. D’après l’étude, les gens sont alors portés à « mettre l’accent sur l’acte de trouver, ou d’acheter, la bonne personne/produit, par opposition à développer, au fil du temps et des efforts, une connexion émotionnelle ou en établissant des modèles de communication réussis. » (traduction libre) 

Bien sûr, en 2010, il n’y avait pas toutes les applications qu’on connaît actuellement. Toutefois, il demeure que les constats effectués à travers cette étude sont encore d’actualité. En fait état un article datant de 2021 sur le site Quick and Dirty Tips, dans lequel Rachel Vanderbilt, scientifique experte des relations, explique que les gens sont bel et bien dans ce mode encore aujourd’hui. Selon la spécialiste, plusieurs problèmes émergent de cette pratique du relationshopping. Par exemple, les gens ont tendance à changer d’idée (et donc, à ghoster ou, comme l’ont proposé les collègues de On dira ce qu’on voudra, spectrifier), ils seront moins satisfaits de leurs choix et passeront moins de temps sur chaque profil, mettant peut-être ainsi de côté des informations importantes sur la fiche de la personne rejetée. 

Trop de choix vient avec de l’insatisfaction, mais aussi avec de possibles regrets, avec le poids (trop lourd) d’une décision, avec le fait de devoir justifier la décision et, finalement, demeurer avec l’idée du tourbillonnant «mais si ?». Mais si … j’avais utilisé une autre app? J’avais pris un verre avec cette personne plutôt que telle personne? J’avais indiqué telle ou telle chose sur mon profil? Etc, etc. On magasine donc à l’infini, sans se commettre, parce que ça fait trop peur. 

Que faire pour éviter la surcharge de choix dans les applications de rencontre ?

Selon une étude de 2022, intitulée L’agonie du choix du partenaire : l’effet d’une disponibilité excessive du partenaire sur la peur d’être célibataire, l’estime de soi et la surcharge de choix (traduction libre de The agony of partner choice: The effect of excessive partner availability on fear of being single, self-esteem, and partner choice overload), on recommande d’éviter le défilement ou balayage des profils à l’infini. On estime aussi qu’évaluer trop de profils pourrait avoir des effets indésirables comme, par exemple, augmenter le nombre de critères établis au départ pour trouver l’âme sœur, et ainsi revenir à la case départ, c’est-à-dire : toutes options ouvertes. Il faut vraiment s’en tenir à ce qu’on cherche et à nos priorités. 

À celles et ceux qui sont face à ce dilemme, voici quelques éléments à retenir : 

  • Si vous êtes sérieux.se et que vous souhaitez vraiment trouver une relation stable, gardez cet objectif en tête pour vous rappeler que c’est ce dont vous avez besoin;
  • Faites-vous une liste préalable des caractéristiques que vous recherchez chez un.e partenaire et tenez-vous-en à cela; 
  • Mettez les choses au clair dès le départ quand vous contactez des gens ou êtes contacté.e par elleux;
  • Utilisez les filtres offerts par les applications pour restreindre votre bassin d’options;
  • Prévoyez des sessions restreintes en termes de temps sur l’app ou les apps utilisées et donnez-vous des objectifs (ex.: après 5 profils, j’arrête le balayage). 

Quand vous vous retrouverez devant vos applications de rencontre pour faire un choix, gardez ces conseils en tête, question de revenir à vos besoins. Cela vous donnera l’occasion de revenir aux bases et d’éviter de vous perdre et vous décourager devant toutes ces avenues possibles.

Photo de Daria Shevtsova

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.