hygiene-feminine

Produits d’hygiène féminine: un danger pour le microbiote vaginal?

Une chronique pour Moteur de recherche dans laquelle je me penche sur les produits d’hygiène féminine.

Écouter la chronique audio.

Si je vous dis clémentine et vanille, ça vous fait penser à quoi? Une saveur de gâteau? De smoothie? De bonbon? Eh bien, pas tout à fait. Imaginez-vous donc que c’est plutôt la toute dernière trouvaille de la compagnie Vagisil. Il y a quelques semaines de cela, l’entreprise a lancé un tout nouveau produit qui s’adresse aux ados de sexe féminin: le OMV! pour Oh My Vagina! C’est un nettoyant pour les parties intimes à saveur de crème glacée, emballage girly et bubbly en sus. Caroline Décoste de Québec, maman de deux fillettes, nous a signalé l’existence de ce produit et nous pose la question suivante:

J’ai vu passer un nouveau produit de la marque Vagisil qui s’adresse aux ados. Il propose «d’éliminer les mauvaises odeurs pendant les règles et les démangeaisons de la zone du bikini». Il a aussi une odeur de crème glacée. Ce genre de produit est-il dangereux pour la flore vaginale? Et pourquoi on cible les ados?

Je vous propose de répondre à ses questions en déconstruisant quelques mythes qui perdurent à propos de l’hygiène féminine. Je vous suggère également quelques lectures à faire pour mieux connaître cet organe. 

Mythe #1: le vagin est sale et doit être nettoyé

Non seulement le vagin n’est pas sale, il est même très autonome en matière de nettoyage. Ça peut sembler dichotomique de dire, d’une part, qu’il n’est pas sale et, d’autre part, qu’il est autonettoyant, mais ça demeure vrai. Le vagin n’a besoin d’aucun produit pour faire son travail. C’est un organe qui, en soi, comprend tout ce dont il a besoin pour rester propre. Mis à part le rincer à l’eau, on ne devrait même pas avoir à mettre de savon, même doux. Vagisil indique bien que ses produits s’utilisent seulement sur les parties vulvaires, donc la vulve. (C’est à se demander pourquoi on a appelé ça Oh My Vagina!). Cela dit, il demeure que la création d’un tel produit fait perdurer l’idée que le sexe féminin est malpropre. 

D’ailleurs, d’où vient l’idée que le vagin doit être «contrôlé» et lavé? Eh bien, ça date. De très loin, même. La conception d’un sexe féminin à «gérer» remonte à aussi loin que l’Antiquité. En effet, on doit à plusieurs médecins de l’époque, dont Arétée de Cappadoce, la théorie selon laquelle l’utérus est «une personne dans une personne». C’est-à-dire qu’il est vu comme un être vivant à part entière et il se promène à travers le corps. Oui oui. L’autrice du livre La chair interdite (Albin Michel, 2014) sur l’histoire du sexe féminin, Diane Ducret, rapporte qu’on propose même de faire des «fumigations d’encens» et de divers parfums agréables qui vont l’appâter et lui faire regagner sa place. 

Selon Lydie Bodiou, historienne de l’histoire des femmes, du corps et du genre, c’est une conception qui va perdurer jusqu’au 18e siècle. On apprend donc depuis longtemps aux personnes de sexe féminin que, très tôt, elles doivent «dompter» leur sexe. Et même, saviez-vous que, dans les années 50, on proposait aux personnes de sexe féminin de s’occuper de leur hygiène féminine avec… du Lysol? Des publicités culpabilisantes montraient des maris, fuyants mère et enfants, car la propreté du vagin de Madame laisse à désirer. Ainsi que sa fertilité. (AJOUT: on m’a noté, avec raison, que le produit était utilisé à la base comme contraceptif. C’est effectivement le cas. Il demeure qu’on associait tout de même le sexe féminin à une saleté intrinsèque et c’est surtout ce que je voulais mettre de l’avant.)

L’idée d’un sexe féminin sale, à «dresser», est ancrée dans nos mœurs. Encore aujourd’hui, nos allées de pharmacies sont bourrées de produits hygiéniques pour le nettoyer. Douches vaginales, gels et savons, vaporisateur, lingettes parfumées; il existe une panoplie de produits faits pour répondre à son supposé besoin d’hygiène.

En entrevue avec la journaliste et animatrice Elizabeth Plank pour la série Divided States of Women en 2018, une gynécologue rapporte avoir eu des patientes qui ont testé oignon, vinaigre, ail et yogourt dans leurs parties intimes pour les nettoyer. Spécifions que c’est À NE PAS FAIRE. Pourtant, on voit revenir ces tendances sur différents sites Web et forums de façon récurrente. Et concernant le produit OMV! de Vagisil, ainsi que tous les produits vendus en pharmacie, vous aurez compris qu’ils ne sont pas nécessaires. Pire, ils risquent de même de créer plus de tort que de bien… Ce qui nous mène au mythe #2. 

Mythe #2 : il y a des bactéries dans le vagin qui doivent être enrayées 

Eh bien, pas du tout. À moins que vous ayez contracté une ITSS bactérienne (comme la chlamydia) ou une vaginose, il n’y a rien à faire et surtout pas de produit nettoyant à utiliser pour se débarrasser de ces petites bestioles fort actives et utiles. Parce que le vagin a son propre écosystème qu’on appelle flore vaginale ou, plus récemment, microbiote vaginal. C’est un ensemble de micro-organismes, dont des bactéries – les lactobacilles – qui permettent de conserver un environnement idéal pour garder le vagin en bonne santé. Ce sont elles qui sont responsables d’équilibrer le fameux pH vaginal, en acidifiant le vagin, ce qui crée «un environnement inhospitalier pour les autres germes», comme on l’indique dans l’ouvrage Microbiote vaginal: la révolution rose (Marabout, 2018). Pas besoin de produit nettoyant, encore moins des éléments parfumés qui peuvent mettre en péril ce fragile équilibre. 

À LIRE ÉGALEMENT: Six conseils pour une jeune ado attirée par les filles

Mythe #3: un sexe féminin, ça doit sentir la rose 

En fait, non. Un sexe féminin, ça n’a pas d’odeur précise à avoir. S’il a une odeur désagréable, voire anormale, c’est probablement le signe qu’il se trame quelque chose de pas net. Comme une infection urinaire, par exemple. Le produit OMV! propose non seulement que le sexe féminin sente la crème glacée, il offre aussi d’éliminer le «period funk» (ou «fragrance menstruelle») qui survient chaque mois. Et, franchement, il y a plusieurs problèmes avec ces affirmations.

D’abord, ça laisse penser que le sexe féminin est, naturellement, malpropre et odorant. Qu’on doit le parfumer pour qu’il soit acceptable. Ensuite, que les menstruations sont, une fois de plus, perçues comme sales et source de puanteur. Pourtant, les règles ne sont ni plus ni moins qu’un mélange de sang, d’endomètre et de sécrétions vaginales. Oui, il y a une odeur lorsque le sang entre en contact avec l’air; c’est normal, il oxyde. Mais rien de plus. Si les menstruations ont une odeur nauséabonde, ce n’est pas normal. Et, encore là, c’est probablement le signe qu’il y a un problème; un tour chez le.la gynéco et/ou le.la médecin est de mise. 

Le sexe féminin sent, tout comme le sexe masculin. La peau aussi, ainsi que les sécrétions, les fluides, etc. Et je peux vous dire que, naturellement, rien de tout ça n’a une odeur de crème glacée. Apprendre, dès un tout jeune âge, qu’il faut cacher les odeurs corporelles, c’est passer un drôle de message. Surtout que ce propos ne s’adresse qu’aux filles. Entendez-vous parler d’un produit nettoyant pour les parties intimes des hommes? Eh bien non. Il n’y a pas d’allée de pharmacie dédiée à ces produits. On attend peut-être des personnes de sexe masculin qu’elles se parfument les aisselles à coup de Pure Sport ou de Glacier, il semble que le parfum de la bobette masculine demeure un terrain peu défriché. Il existe des produits comme ceux créés par Manscaped, mais côté équivalent en pharmacie, on repassera.

Mythe #4: c’est un manque d’hygiène quand on ne rase pas les poils pubiens  

Parmi les mérites du OMV!, listés par Vagisil, on compte aussi le fait de se débarrasser du bikini itch. Ainsi, on sous-entend qu’il est normal de se raser la région du bikini, même à un tout jeune âge. C’est une autre injonction qui s’ajoute à celles d’avoir à raser les aisselles et les jambes – prescriptions esthétiques qui arrivent déjà très tôt chez certaines personnes de sexe féminin. C’est aussi leur dire que leurs parties intimes doivent être conformes à certains standards de beauté, c’est-à-dire un sexe glabre.

Fait intéressant, dans une étude du Journal of Sexual Medecine (2019), on a constaté que les femmes s’épilent plus quand elles sont en couple que les hommes. Les femmes interrogées affirment que cela «rehausse le sentiment de féminité». De plus, «chez les hommes, la satisfaction sexuelle et relationnelle était corrélée avec les pratiques d’épilation de leur partenaire et si elles étaient conformes aux attentes des hommes». (traduction libre) C’est une construction sociale que de croire que le poil n’a pas sa place chez une personne de sexe féminin.

Entendons-nous: si quelqu’un.e a envie de se raser les poils pubiens, grand bien lui fasse. Par contre, quand on vise les adolescentes avec un produit comme OMV!, on normalise à un tout jeune âge l’épilation pubienne. On perpétue l’idée que le sexe féminin est honteux au naturel et qu’il doit être «préparé». Il faut aussi savoir que, même s’il n’y a pas de danger direct à s’épiler, il reste que ça peut augmenter les risques d’ITSS, en créant des petites lésions sur la peau. 

Les ados, une (mauvaise) cible facile (et payante)

Caroline nous demande pourquoi cibler les ados. En fait, c’est simple. C’est très payant d’avoir des clientes aussi tôt et pour aussi longtemps, surtout si elles deviennent des habituées du produit. Selon le Washington Post, les produits d’hygiène féminine représentent un marché mondial de 21.6 milliards de dollars. Disons que les entreprises comme Vagisil ont tout intérêt à accrocher cette clientèle influençable.

Plusieurs spécialistes de la santé ont d’ailleurs fait une levée de boucliers lors du lancement d’OMV!, dont Jennifer Gunter. La gynécologue américaine est réputée pour critiquer vertement les produits d’hygiène féminine vendus chez Goop, l’empire de Gwyneth Paltrow. Également autrice du livre The Vagina Bible: The Vulva and the Vagina – Separating the Myth from the Medicine (Random House, 2019) et animatrice de la série web Jensplaining à CBC, cette dernière a fustigé Vagisil sur Twitter. Elle a accusé la compagnie de faire du marketing prédateur et l’a intimé de carrément retirer la ligne de produits.

Forbes rapporte aussi que la gynécologue Jocelyn J. Fitzgerald a, quant à elle, admis – avec beaucoup d’ironie – que la campagne de marketing de Vagisil est en fait brillante. En effet, les jeunes filles vont acheter le produit, contracter une vraie vaginose bactérienne et… vont devoir acheter du Vagisil pour se soigner. Tout est dans tout, comme on dit. 

Bref, nul besoin de produits nettoyants, que ce soit pour la vulve ou le vagin. Qu’on lâche les ados avec des injonctions ridicules qui leur donne le sentiment que leur sexe n’est pas adéquat. Ou, encore, qu’ielles doivent acheter des produits pour «améliorer» son apparence et son odeur. Si Vagisil veut être en concordance avec sa devise «Shameless about intimate care», j’ai une suggestion pour elle: cibler une clientèle qui a de réels besoins en matière de santé sexuelle. En effet, il y a toute une population de personnes plus âgées avec un vagin, sexuellement actives, qui connaissent des sécheresses vaginales importantes qui peuvent nuire au plaisir sexuel. Ce serait du temps (et de l’argent) bien mieux investi. En plus de lever un tabou – la sexualité des personnes âgées – qui perdure. 

Image de une: Cliff Booth provenant de Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.